Dévoilement de la programmation du Festival de l’Assomption 2021

Festival de l’Assomption 2021

Trois-Rivières, le jeudi 22 juillet 2021 – Le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap est heureux d’annoncer la
tenue du Festival de l’Assomption 2021 sous le thème « Vivre autrement ». En plus des activités
religieuses, une programmation artistique saura satisfaire la population locale, régionale et
nationale.
Tout au long des 9 jours de l’événement, diverses personnes s’acquitteront des prises de parole lors
des célébrations de la neuvaine tous les jours à 14h00 et 19h00. « Au sortir de la pandémie, il sera
donné de réfléchir sur ce regard neuf pour notre vie que cette expérience a permis de découvrir »,
mentionne Martin Yelle, directeur de la mission. Que l’on parle du rapport à la solidarité, à la famille,
aux ainés, à l’environnement, à l’intériorité, autant de facettes touchées par cette pandémie qui
nous ouvrent à « vivre autrement ». À tous les jours, la traditionnelle procession aux flambeaux sera
animée dans les jardins à 20h30. La liste des prédicateurs et prédicatrices est disponible sur le site
web du Sanctuaire. Le 15 août, ce sera le Cardinal Gérald-Cyprien Lacroix, archevêque de Québec,
qui présidera la messe solennelle à 10h00.
Sur le plan culturel, le festival présentera une programmation variée et rafraichissante. Le samedi 7
août à 20h00, un spectacle d’humour animé par Samuel Flynn et mettant en scène plusieurs
humoristes lancera le bal. Le dimanche 8 août aura une saveur familiale mettant en vedette Jacinthe
Lavoie et les contes de la petite souris à 15h00. En soirée, à 20h00, un spectacle de l’auteur-
compositeur-interprète Jean-Luc Lavigne proposera une expérience intimiste et porteuse d’espoir. Le
jeudi 12 août, à 20h00, le multi-instrumentiste Jean-François Bélanger offrira une prestation invitant
au recueillement et à la fête sur des instruments de musique tout aussi méconnus qu’inspirants. Le
vendredi 13 août à 20h00, l’occasion sera donnée de rencontrer dans une entrevue exclusive le
grand gagnant de Star Académie 2021, William Cloutier, avec qui nous pourrons justement élaborer
sur le thème « Vivre autrement ». Pour terminer la programmation culturelle de cette édition 2021,
le 14 août à 15h00 sur une scène extérieure, la place sera donnée à Mamselle Ruiz, révélation Radio-
Canada 2013-2014 en musique du monde. Tous les autres spectacles seront donnés sur scène dans la
salle du sous-sol de la basilique. Les réservations en lignes pour ces activités seront disponibles sous
peu sur le site web du Sanctuaire (sanctuaire-ndc.ca).

(Phtoto: André Bouchard)

Sur la photo: Marc-André Monette, coordonnateur des événnements Culture et Tourisme et Martin , directeur de la Mission
Tout au long de l’événement il sera possible de visiter le musée du Sanctuaire ainsi que l’exposition
« Terre sacrée chez soi » au sous-sol de la basilique. La boutique et le restaurant du Sanctuaire
auront des heures d’ouverture prolongées tout au long du Festival. Rappelons que la capacité
d’accueil présentement pour les messes est de 250 personnes et pour les spectacles au sous-sol à
200 personnes. Les gens auront à inscrire leur présence à leur arrivée sur le site.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Le curieux destin d’Marcel

Le curieux destin d’Marcel
Avec le comédien Marcel Leboeuf
Mise en scène de Luc Senay
Texte de Marcel Leboeuf
Producteurs : Mario Provencher et André Robitaille de Monarque Productions

Les meilleurs concepteurs de Monarque dont le metteur en scène Luc Senay offrent à Marcel Leboeuf un incroyable terrain de jeux lui permettant de créer un spectacle inédit, accomplissement d’une vie pour l’artiste qui a pris part à plus de 60 pièces de théâtre, a donné plus de 2 800 conférences et a remporté plus de 5 coupes Charade, ce qui fait de lui l’un des plus récompensés dans l’histoire de la LNI. Il offre à son public un savant mélange de ses trois grandes passions : le théâtre, les conférences et l’improvisation dans une pièce où les faits vécus cohabitent avec l’imaginaire, permettant à l’artiste de s’éclater comme acteur et à tous d’apprécier ses talents.
DATES DES REPRÉSENTATIONS
2 au 17 juillet 2021 Théâtre Hector-Charland à L’Assomption
30 juillet au 14 août 2021 Maison des arts Desjardins à Drummondville
10 septembre 2021 Centre culturel à Sherbrooke
17 septembre 2021 Salle de diffusion de la Shed-à-Morue à Havre-Saint-Pierre
18 septembre 2021 Salle Jean-Marc Dion à Sept-Îles
30 septembre 2021 Centre des arts à Shawinigan

Pour se procurer des billets :
Il faut se rendre sur le site web de chacun des théâtres ou sur le site monarqueproductions.com.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Ouverture de l’exposition des lauréats du Prix Nouvelle génération de photographes à l’Université Ryerson, Toronto

• Les œuvres de Katherine Takpannie, d’Ottawa ; Curtiss Randolph, de Toronto, Noah Friebel, de Vancouver/Berlin ; Chris Donovan, de Saint John ; Dainesha Nugent-Palache, de Brampton ; et de Dustin Brons, de Vancouver sont exposées du 25 juin au 14 novembre 2021.

• Créé par le Musée des beaux-arts du Canada en partenariat avec la Banque Scotia, ce prix récompense les œuvres exceptionnelles de Canadiens de 35 ans et moins spécialisés dans l’art photographique.

• L’exposition est organisée par le Musée des beaux-arts du Canada en partenariat avec la Banque Scotia, le Festival de photo CONTACT Banque Scotia et l’Université Ryerson.

TORONTO et OTTAWA, le 6 juillet 2021 —Les œuvres d’art photographiques des lauréats des éditions 2020 et 2021 du Prix Nouvelle génération de photographes, Katherine Takpannie, Curtiss Randolph, Noah Friebel, Chris Donovan, Dainesha Nugent-Palache et Dustin Brons, font l’objet d’une exposition extérieure gratuite maintenant ouverte et présentée jusqu’au 14 novembre 2021 au Ryerson Image Centre sur le campus de l’Université Ryerson, au centre-ville de Toronto, dans le cadre du Festival de photo CONTACT Banque Scotia. Ces artistes ont été reconnus comme les jeunes photographes les plus brillants du Canada par le Musée des beaux-arts du Canada et la Banque Scotia. Le Prix Nouvelle génération de photographes est le seul qui récompense les artistes canadiens de 35 ans et moins qui travaillent avec l’objectif d’une caméra.

L’exposition de cette année, organisée par le Musée des beaux-arts du Canada en partenariat avec la Banque Scotia, le Festival de photo CONTACT Banque Scotia, et l’Université Ryerson, réunit les œuvres des lauréats de 2020, Curtiss Randolph, Katherine Takpannie, Noah Friebel, et ceux de 2021, Dustin Brons, Chris Donovan, et Dainesha Nugent-Palache.

Les artistes, qui ont reçu 10 000 dollars chacun, ont été sélectionnés par un jury de renom composé d’experts en photographie, d’artistes et de leaders de la communauté des arts visuels. Les œuvres des lauréats feront également l’objet d’une exposition au Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, du 13 août au 5 décembre 2021.

Andrea Kunard, conservatrice principale des photographies au Musée des beaux-arts du Canada assure le commissariat des expositions du Prix Nouvelle génération de photographes.

Citations

« L’édition combinée 2020 et 2021 témoigne de la grande capacité d’expression de la photographie. Dans certains cas, les approches documentaires directes transmettent des questions d’urgence sociale. D’autres œuvres mêlent les capacités descriptives de la photographie à des stratégies narratives pour présenter des parcours personnels. La relation privilégiée de ce médium avec l’art conceptuel est également explorée, ainsi que sa capacité à dépeindre les questions d’identité et de culture. » — Andrea Kunard, conservatrice principale, Photographies, Musée des beaux-arts du Canada, et commissaire des expositions du Prix Nouvelle génération de photographes.

« La Banque Scotia est fière de jouer un rôle dans la célébration de la vision créative et des réalisations des nouveaux artistes les plus prometteurs de notre pays. Nous avons une profonde passion pour le soutien des arts, ce qui implique d’aider les jeunes artistes à s’épanouir grâce à des opportunités uniques telles que le Prix Nouvelle génération de photographes. » — Laura Curtis Ferrera, directrice du marketing, Banque Scotia.

« Nous sommes ravis d’accueillir cette exposition unique qui rend hommage aux talents émergents. C’est un grand privilège pour le RIC de s’associer au Musée des beaux-arts du Canada et à notre supporteur de longue date, Banque Scotia, dans leur effort de collaboration pour faire progresser la carrière des jeunes photographes canadiens. » — Paul Roth, directeur du Ryerson Image Centre (RIC) et président du comité d’art public de l’université Ryerson.

« Nous sommes ravis de nous associer une fois de plus à la Banque Scotia, au Musée des beaux-arts du Canada et au Ryerson Image Centre de l’Université Ryerson pour présenter les œuvres de ces artistes émergents incroyablement talentueux, dont les pratiques engagent de manière créative les conversations si essentielles à notre époque. » — Darcy Killeen, directeur général du Festival de photo CONTACT Banque Scotia.

À propos des lauréats de 2020

Originaire de Toronto, Curtiss Randolph construit des scènes sous forme de tableaux ou de récits documentaires mis en scène. Ayant grandi dans une famille de théâtre, les éléments de la production scénique se sont très tôt glissés dans son processus de travail. Mélangeant réalisme, surréalisme et journalisme gonzo, Randolph remet en question les idées préconçues des spectateurs sur le style documentaire, afin d’interroger les idées de fait et de fiction dans le médium photographique.

Katherine Takpannie est une artiste Inuite établie à Ottawa, une écrivaine et une diplômée du programme Nunavut Sivuniksavut (NS). Ses photographies mettent en scène des gestes performatifs et politiques dans des environnements naturels et construits, y compris des portraits intimes de femmes. Ses œuvres font partie de la collection d’art de la ville d’Ottawa et ont été présentées à l’exposition Getting Under Our Skin à la galerie d’art de Guelph et à l’exposition They Forgot We Were Seeds à la galerie d’art de l’Université Carleton.

Basé à Vancouver/Berlin, Noah Friebel se concentre sur l’aspect fabriqué de la photographie, utilisant des éléments de sculpture et d’installation pour examiner notre relation aux images, les uns aux autres, et l’espace rétréci entre les deux. Depuis qu’il a obtenu un BFA de l’Université Emily Carr en 2018, Friebel a fait partie de plusieurs expositions collectives : notamment Green Glass Door chez Trapp Projects et The Lind Prize 2018 à la Galerie Polygon. Il a une prochaine exposition solo à la Republic Gallery en avril 2020.

À propos des lauréats de 2021

Chris Donovan est un artiste photographe qui travaille à Toronto et au Nouveau-Brunswick. Originaire de la ville industrielle de Saint John, sa pratique se concentre sur l’intersection entre la communauté et l’industrie. Ses œuvres ont été récompensées par Pictures of the Year International (Université du Missouri), la Fondation Alexia (Université de Syracuse), le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick et le Conseil des arts de Toronto, et ont été exposées partout au Canada dans le cadre de festivals de photographie, notamment CONTACT (Toronto), Capture (Vancouver), Exposure (Calgary), Flash (Winnipeg) et Zoom (Saguenay). Il est membre du collectif Boreal et poursuit actuellement une maîtrise en médias documentaires à l’Université Ryerson en tant que boursier d’études supérieures.

L’artiste torontoise Dainesha Nugent-Palache a participé à de nombreuses expositions au niveau national et international. Membre fondatrice de plumb, un collectif ad hoc d’artistes, d’écrivains, de conservateurs et d’un lieu d’exposition à Toronto, elle a également été conservatrice pour le festival de musique féministe et la série de concerts Venus Fest, ainsi que pour Blindspots, une exposition d’art et une projection de film où des artistes queer explorent l’expérience LGBTQ à travers une lentille diasporique. Diplômée et lauréate de prix importants, ses œuvres se trouvent dans la Wedge Collection, la Collection d’art de la Banque TD, et des collections privées. Ses expériences en tant qu’artiste ont également été mises en lumière dans la série sur les artistes durant la COVID, à laquelle s’est intéressée la CBC.

Dustin Brons, artiste basé à Vancouver, titulaire d’un MFA (UC San Diego) et d’un BFA (UBC), et récent participant au Whitney Independent Study Program, travaille à la recontextualisation de matériaux existants à travers des photographies, des vidéos et des textes. Son travail intègre des formes visuelles de l’histoire de l’art occidental comme outils de traitement des sources contemporaines. La nature morte et la peinture de paysage, l’abstraction gestuelle, le conceptualisme linguistique et les dispositifs photographiques, du pictorialisme à l’appropriation, sont reconfigurés dans des représentations du changement climatique et de l’embourgeoisement, en mettant l’accent sur la manière dont les formes visuelles contribuent à façonner les compréhensions sociales et politiques de ces processus intangibles, mais totalisants.

Lien utiles :

• Au sujet du PRIX NOUVELLE GÉNÉRATION DE PHOTOGRAPHES
• Au sujet de la BANQUE SCOTIA, partenaire du Programme de photographie Banque Scotia au Musée des beaux-arts du Canada
• Au sujet du MUSÉE DES BEAUX-ARTS DU CANADA

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

LE FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM SUR L’ART EST HEUREUX DE S’ASSOCIER AU DOMAINE FORGET DE CHARLEVOIX POUR UNE PROGRAMMATION ESTIVALE CONSACRÉE À LA MUSIQUE ET LA DANSE

Montréal, le 2 juillet 2021 – Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de s’associer au Domaine Forget de Charlevoix pour proposer une programmation spéciale célébrant la musique classique et la danse. Dans le cadre de cette première collaboration, le programme se compose de trois films qui seront projetés gratuitement en plein air, sur le site du Domaine, les 7 et 21 juillet, puis le 11 août prochain. Il s’agit du long-métrage documentaire Louise Lecavalier sur son cheval de feu de Raymond St-Jean, ainsi que des fictions La chef d’orchestre de la réalisatrice Maria Peters et Le chant des noms du réalisateur François Girard. Chacune des représentations sera précédée d’une rencontre avec un·e artiste ou un·e conférencier·e (détails à suivre sur http://www.domaineforget.com).

« Le FIFA se réjouit de collaborer avec le Domaine Forget de Charlevoix afin d’offrir une programmation dans un cadre idyllique qui fait honneur à la musique et la danse. Une telle collaboration nous porte et nous conforte dans notre mission d’offrir une programmation de qualité à l’année et de multiplier les rencontres entre l’art et le public. Cette édition estivale, en présentiel, est particulièrement marquante tant se ressent le besoin de se réunir et de célébrer les arts ensemble, avec émotion. », a indiqué Philippe U. del Drago, directeur général et artistique du Festival International du Film sur l’Art.

PROGRAMMATION CINÉMATOGRAPHIQUE GRATUITE EN PLEIN AIR

Mercredi 7 juillet 2021, en plein air, à la tombée du jour.
Louise Lecavalier sur son cheval de feu
Réalisateur : Raymond St-Jean
Distributeur : Filmoption International
Canada | 2018 | 102 minutes
Présenté en français

Ce long-métrage documentaire propose une plongée cinématographique au cœur de l’œuvre et de la vie de la danseuse et chorégraphe canadienne Louise Lecavalier. Il révèle l’histoire inspirante de cette créatrice indomptable, qui a révolutionné la danse contemporaine dans les années 1980 avec le chorégraphe Édouard Lock et qui voit aujourd’hui sa carrière en solo s’épanouir sur la scène internationale. À 62 ans, Louise Lecavalier est une icône de la danse, une créatrice unique dont l’art transcende les limites du corps humain. Des danses spectaculaires, des musiques originales et des entrevues exclusives composent un film inspirant et émouvant qui dessine le portrait intime d’une artiste passionnée et toujours habitée par la quête du mouvement parfait.

Mercredi 21 juillet 2021, en plein air, à la tombée du jour.
La chef d’orchestre
Réalisatrice : Maria Peters
Distributeur : MK2 MILE END
Pays-Bas | 2021 | 139 minutes
Présenté en flamand | Sous-titrage : français

En 1926, dans la ville de New York, Willy Wolters aspire à devenir chef d’orchestre. La jeune pianiste de formation sait pourtant que cette profession n’est exercée historiquement que par des hommes. Placière dans une salle de spectacles, cette fille d’immigrants hollandais tente coûte que coûte de se frayer un chemin vers ceux qui pourraient lui permettre de réaliser sa plus grande ambition. Sa trajectoire l’amène à connaître la vérité sur son passé familial et sur son identité. Elle développe également une profonde amitié avec Frank Thomsen, un jeune homme de sa génération qui, contrairement à elle, est issu d’un milieu bourgeois. Reprenant son premier nom, Antonia Brico parvient à se produire avec les plus prestigieux orchestres d’Europe et d’Amérique.

Mercredi 11 août 2021, en plein air, à la tombée du jour.
Le chant des noms
Réalisateur : François Girard
Distributeur : Entract Films
Canada | 2019 | 114 minutes
Présenté en français

Ce film entremêle trois époques, avec trois tandems d’acteurs différents, et relate sur une cinquantaine d’années l’histoire d’une harmonie profonde entre deux amis. Adapté du roman éponyme de Norman Lebracht, le récit d’une grande sobriété est porté par une musique envoûtante et se présente sous la forme d’une enquête, en décrivant les tragiques circonstances de la disparition du jeune musicien. Le film met en vedette Tim Roth et Clive Owen.

INFORMATIONS PRATIQUES
Les trois projections au programme, qui auront lieu à la tombée du jour au belvédère du Domaine, sont gratuites avec réservation sur https://bit.ly/3w8Lyss. En cas de pluie, les films seront présentés dans la salle de concert.

À PROPOS DU FIFA
Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA), fondé par René Rozon, se consacre à la promotion et au rayonnement international du film sur l’art et des arts médiatiques. Depuis près de quatre décennies, il propose un événement annuel au mois de mars, qui permet de découvrir les derniers documentaires sur l’art. Avec une programmation et différentes activités tout au long de l’année à travers un vaste réseau de diffusion culturelle et scolaire, Le FIFA s’engage à accroître la connaissance et l’appréciation de l’art auprès du public, à promouvoir le travail des artistes œuvrant dans les domaines du cinéma, de la vidéo et des arts visuels, ainsi qu’à encourager la production et la diffusion de films sur l’art. Sa 40e édition se déroulera du 15 au 27 mars 2022.

Il est également à souligner que Le FIFA a récemment lancé ARTS.FILM, un nouveau centre d’art virtuel qui rend des films sur l’art accessibles partout au Canada, en tout temps et toute l’année.

À PROPOS DU DOMAINE FORGET DE CHARLEVOIX
Situé à Saint-Irénée dans Charlevoix, sur une vaste propriété historique de 100 acres surplombant le Saint-Laurent, le Domaine Forget de Charlevoix est une corporation à but non lucratif vouée à la formation, à la création et à la diffusion de la musique et de la danse.

SPECTACLES GRATUITS EN ITINÉRANCE : DÉVOILEMENT DES PREMIERS CONCERTS DE LA SÉRIE LE DOMAINE SUR LA ROUTE


Dans le cadre de la série Le Domaine sur la route, des artistes professionnels et de jeunes musiciens, étudiants de l’Académie internationale de musique et de danse du Domaine Forget de Charlevoix offriront des concerts extérieurs GRATUITS dans plusieurs municipalités de la région. Ces escapades musicales réalisées dans le cadre enchanteur de Charlevoix créent des rencontres inoubliables entre les artistes et le public tout en faisant rayonner la musique auprès de nouveaux publics.
EFFETS SURPRISE!
La saison touristique battant son plein, l’idée est d’aller à la rencontre des gens là où ils se trouvent. C’est ainsi que des artistes professionnels et de jeunes musiciens, étudiants de l’Académie, sillonneront cet été les routes de Charlevoix pour offrir leur talent à tout vent. Pour découvrir la musique classique, le jazz ou les musiques du monde au cœur de paysages carte postale, c’est très simple : chacun des concerts sera annoncé seulement cinq jours à l’avance et les billets seront disponibles à partir de la billetterie, sur réservation.
La présentation de cette série est rendue possible grâce à la participation financière de Desjardins, fier partenaire de la série Le Domaine sur la route.
TADAM! ROULEMENT DE TAMBOUR!

Début juillet, Le Domaine sur la route se déplacera au quai de Saint-Irénée et à l’Église de Saint-Joseph-de-la-Rive pour ses deux premiers concerts extérieurs GRATUITS. Les détails des prochains concerts de cette série seront diffusés sur le site Internet du Domaine Forget de Charlevoix.

VENDREDI 2 JUILLET, 16 H
Au programme : le jazz manouche de DAMOIZEAUX
Où : Quai de Saint-Irénée (en cas de pluie, Église de Saint-Irénée)

SAMEDI 3 JUILLET, 15 H
Au programme : guitaristes émergents
Où : Église de Saint-Joseph-de-la-Rive
Les horaires de tous les concerts gratuits sont sujets à changement. Vérifiez les dates sur le site du Domaine Forget de Charlevoix.
INFORMATION ET RÉSERVATIONS
Téléphone : 418 452-3535 ou 1 888 336-7438 / http://www.domaineforget.com
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram, Linkedin, Spotify et YouTube

REMERCIEMENTS
Le Domaine Forget de Charlevoix tient à souligner l’apport essentiel du Patrimoine canadien, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du ministère de la Culture et des Communications du Québec et de Tourisme Québec. Il tient également à remercier Hydro-Québec présentateur du Festival, Ici Musique, Desjardins, Canimex, Cogeco, Mallette, Stein Monast, BGLA, Stingray, Municipalité de Saint-Irénée, iA Groupe financier, La Presse, La Fondation Azrieli et Groupe Gilles Jean.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Nouvelles conditions d’entrée en Tunisie

Nouvelles conditions d’entrée en Tunisie

Il est porté à la connaissance de l’ensemble des partenaires touristiques étrangers que les conditions d’acceptation des passagers arrivant en Tunisie par la voie aérienne changent à partir du 1er juillet 2021.

Ainsi et conformément aux termes de la note de service de la Direction Générale de l’Aviation Civile n° 00615-04-2021 du 30 Juin 2021, tous les voyageurs arrivant en Tunisie par voie aérienne, sont tenus, à compter du 1er Juillet 2021, de présenter à l’enregistrement à l’aéroport de départ, ainsi qu’à l’arrivée aux services sanitaires au point de contrôle, le résultat négatif d’un test PCR avec QR code datant de 72 heures au plus. Seuls les enfants de moins de 12 ans sont exemptés d’une telle mesure.

Il est à préciser, toutefois, que les passagers, arrivant en Tunisie à bord de vols charters ou réguliers, dans le cadre de voyages organisés et encadrés (inclusive tours), et ayant reçu une dose complète du vaccin contre le covid-19, ne seront pas dans l’obligation de présenter le certificat du test RT-PCR pendant la période allant du 1er au 09 Juillet courant (conformément à la note de service du Ministre des Transports et de la Logistique du 30 Juin 2021).

A partir du 10 Juillet 2021 les dispositions de la note de service de la DGAC ci-haut citée seront valables pour tous les passagers.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

NB: COMMUNIQUÉ officiel de l’OFFICE NATIONAL DU TOURISME TUNISIEN

Inauguration officielle au parc des Papetiers
Juin 22, 2021
Coupure de ruban à la Tour du parc des Papetier
Un projet de 13,8 M$ financé par Québec, Ottawa et Shawinigan
Inauguration officielle du site de la Marina de Grand-Mère, du parc des Papetiers et de la Tour d’observation

(Photo: Ville de Shawinigan: François St-Onge)

Le maire de Shawinigan, monsieur Michel Angers, l’honorable François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie et député de Saint-Maurice – Champlain ainsi que madame Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette – Saint-Maurice et adjointe parlementaire du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (volet forêts), ont inauguré officiellement aujourd’hui le site récréotouristique de la Marina de Grand-Mère, du parc des Papetiers et de sa Tour d’observation.

Il s’agit d’un projet global de 13,8 M$, dans lequel les gouvernements du Canada et du Québec investissent chacun 4,6 M$ par l’entremise du Nouveau Fonds Chantiers Canada-Québec, volet Infrastructures provinciales-territoriales — Fonds des petites collectivités. La contribution de la Ville de Shawinigan, dans le cadre de cette subvention, est également de 4,6 M$.

À ce montant s’ajoute l’acquisition de 89 quais aux frais de la municipalité pour un montant de 1 M$. Toutefois, l’achat du site industriel de Produits forestiers Résolu et la revente des différents actifs ont permis de dégager un surplus de près de 1,5 M$. Ce montant a permis de financer l’acquisition des quais municipaux.

« Aujourd’hui, nous assistons à un moment important pour notre communauté. Nous marquons l’aboutissement d’un projet phare pour notre ville. Le site de la Marina de Grand-Mère et du parc des Papetiers constitue une réalisation significative pour notre développement récréotouristique. C’est aussi un premier lieu public qui donne un accès direct à la rivière Saint-Maurice dans le secteur Grand-Mère », signale le maire Michel Angers. « Et c’est un exemple concret de la réhabilitation d’une fiche industrielle au profit de la qualité de vie des citoyens de Shawinigan. »

« C’est grâce à des projets locaux importants comme celui-ci que nous contribuons à faire de notre ville une réelle destination touristique à la porte d’entrée de la Saint-Maurice. Autant pour les concitoyens que ceux et celles qui viennent visiter notre région, le site de la Marina de Grand-Mère et du parc des Papetiers constitue un pôle d’accueil qui consolide et fait rayonner l’histoire qu’on y retrouve », estime l’honorable François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice-Champlain et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

« Je suis très heureuse de participer à l’inauguration officielle du parc des Papetiers. Le gouvernement du Québec a investi 4,6 millions de dollars pour l’ensemble de ce projet, qui inclut une superbe marina », souligne madame Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette – Saint-Maurice.

« Il ne fait aucun doute que ces installations rehausseront l’attractivité touristique de la région, en plus de permettre aux résidents de bénéficier d’un espace de divertissement de qualité. »

La marina, le parc et la tour

En opération depuis l’été 2019, la Marina de Grand-Mère fonctionne déjà à plein régime avec un taux d’occupation de 100 % des 89 quais en location en plus des 10 quais disponibles pour les visiteurs. Opérée par Gestion Nauti-Cité pour la Ville de Shawinigan, la marina crée cinq emplois pendant la saison nautique.

L’aménagement final du parc des Papetiers a été complété l’automne dernier. Il est rapidement devenu un lieu de rendez-vous pour les citoyennes et les citoyens de la Ville qui désirent profiter d’un lieu de repos en bordure de la majestueuse rivière Saint-Maurice.

Il a été nommé ainsi pour rendre hommage aux hommes et aux femmes qui ont contribué à l’essor de l’industrie papetière à Shawinigan et en Mauricie. Le parc est situé dans l’ancienne cour à bois de l’usine Laurentide Pulp and Paper qui a débuté sa production dès 1888 et qui a mis fin à ses activités en 2014 après 126 ans d’opération !

D’ailleurs, les visiteurs du parc ont maintenant accès à la Tour d’observation du parc des Papetiers, une structure de béton de plus de 26 mètres de hauteur qui était un pilier du convoyeur de la cour à bois de l’usine. En grimpant les 149 marches réparties sur 15 paliers et totalisant l’équivalent de 8 étages, les visiteurs bénéficient d’une vue panoramique à couper le souffle sur : le site de la marina et du parc; la rivière Saint-Maurice; le pont de Grand-Mère datant de 1929 et inscrit à l’inventaire du patrimoine bâti de la Ville; ainsi que les installations d’Hydro-Québec comprenant la vieille centrale de Grand-Mère construite en 1915.

Des panneaux d’interprétation patrimoniale viendront s’ajouter sur le site prochainement.

Sur une des parois de la Tour d’observation, nous pouvons admirer la magnifique œuvre d’art intitulée « Figure de prouesse » réalisée par l’artiste de la Mauricie, Annie Pelletier.

« Dès le départ, je souhaitais aborder deux thématiques : l’industrie du passé et sa transformation, puis introduire une présence incarnée, un personnage féminin, à la fois figure de proue et femme vivante, ancrée au présent », explique Annie Pelletier. « Avec cette intervention monumentale, j’offre une œuvre signalétique. Tel un phare, l’œuvre marque le site; l’air déterminé et joyeux, le personnage accueille celui qui arrive par la rivière. Le personnage féminin, quant à lui, incarne la modernité : elle est tout à la fois fantastique et athlétique. »

Madame Pelletier a également réalisé en 2011 l’œuvre La Grande ourse du Saint-Maurice : une audacieuse histoire de poissons! au parc du Saint-Maurice ainsi qu’en 2012 Portée… de part et d’autre du spectacle à la Maison de la culture Francis-Brisson.

La Tour d’observation sera accessible tous les jours jusqu’au 6 septembre de 7 h 30 jusqu’au coucher du soleil, selon l’horaire affiché dans le bas.

À compter du 26 juin prochain, et pendant tout l’été, la Cité de l’énergie va contribuer à l’animation du site de la Marina de Grand-Mère et du parc des Papetiers. Une équipe d’entretien et du personnel pour l’animation des lieux seront présents tous les jours afin d’accompagner les visiteurs. Il s’agit d’un premier pas vers une intégration de ce site à l’offre de service de la Cité de l’énergie.

Des collaborations avec Culture Shawinigan seront également développées afin d’offrir à la population un espace naturel et culturel de grande qualité.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Une grande nouveauté touristique inaugurée aujourd’hui!


Bécancour, le 22 juin 2021 – Le Conseil d’administration, la direction et toute l’équipe du
Centre de la Biodiversité du Québec sont heureux d’inaugurer « l’Écho des origines », un
circuit de jeu interactif nocturne en forêt. Cette nouveauté présente et aborde les enjeux
environnementaux avec une approche ludique, éducative et artistique. Réunissant
plusieurs œuvres multimédias, ce circuit immersif a pour but d’amener le visiteur à prendre
conscience de l’héritage de la mer de Champlain sur la biodiversité de la vallée du SaintLaurent et lui faire réaliser jusqu’à quel point l’humain a un impact sur son environnement.
Et si la forêt nous parlait …
C’est sur cette prémisse que chaque visiteur, muni d’un outil technologique inusité,
interagit avec des installations multimédias dissimulées tout au long d’un sentier en forêt.
Le circuit, d’une distance de 1,8 km, est une expérience active de soirée d’une durée
moyenne de 1h 30. La voix du « pic à tête rouge », un personnage espiègle guide les
visiteurs, dans la langue de leur choix (français ou anglais), tout au long du parcours. Cette
nouvelle exposition s’adresse à un public de tout âge et l’entraine dans une expérience
ludique, éducative et hautement technologique.
Présenté par le Centre de la Biodiversité du Québec, implanté au sein du boisé du MontBénilde qui lui est adjacent, le circuit s’inscrit dans la mission même de ce musée
scientifique : la mise en valeur et la conservation du patrimoine naturel et plus
particulièrement, protéger, conserver, étudier et présenter les espèces biologiques du
Québec. Par des activités de médiation immersives en milieu naturel, des expositions et
des ateliers, le Centre souhaite promouvoir, sensibiliser et éduquer les jeunes et les
adultes à l’importance d’une saine cohabitation avec la nature et le règne animal.
Outre sa mission première en lien avec l’héritage de la mer de Champlain, le circuit vise
à conscientiser le visiteur de son impact sur son environnement et à lui faire réaliser qu’il
est un vecteur de changements positifs dans les enjeux environnementaux actuels. Les
visiteurs sont plongés dans une aventure dont ils ne sont pas que de simples spectateurs,
mais à laquelle ils participent activement. Plusieurs technologies sont mises à contribution
afin de faire vivre à chacun une expérience sensorielle immersive et ainsi favoriser un
changement de conscience.L’inauguration de ce projet d’envergure est possible grâce à plusieurs sources de
financement totalisant 1,885,000$. Le projet, produit par Halo Création, comprend un
pavillon d’accueil amorçant l’expérience, de magnifiques sentiers et surtout la création de
branches interactives, un concept hautement technologique et innovateur. Ces branches
s’agitent, communiquent avec chaque visiteur du groupe, activent les éléments de 6
ambiances, interagit avec les14 stations et les décors alimentant la thématique de la mer
de Champlain. La technologie utilisée est unique au Québec, du jamais vu.
Le Centre de la Biodiversité tient à remercier tous les partenaires financiers qui ont cru en
ce projet et qui ont eu confiance en l’avenir du Centre, tant dans sa mission que dans ses
actions.

(Photo André Bouchard)


Ministère du Tourisme, grâce au * Programme de soutien aux stratégies de
développement touristique- Volet 4 : Appui à la Stratégie de mise en valeur du SaintLaurent touristique* et au programme * Entente de développement numérique des
entreprises touristiques* EDNET
Desjardins, * Fonds du Grand Mouvement*
Investissement Québec
Ville de Bécancour
Dons et prêts dans la communauté d’affaire de Bécancour
À l’aube de son 25e anniversaire, le Centre de la Biodiversité du Québec, musée
scientifique agréé par le ministère de la Culture et des Communications, peut envisager
son avenir avec optimisme

Voici les commentaires de la ministre du Tourisme: Caroline Proulx:

Écoutons le député Donald Martel:

(André Bouchard:albp@sympatico.ca)

La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !


La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !


L’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT) a entamé ce Vendredi 11 Juin 2021 la diffusion
d’une nouvelle vidéo promotionnelle pour relancer le secteur du tourisme à la veille des
grandes vacances d’été.
Produite en collaboration avec la Coopération Allemande à travers son projet « Promotion du
Tourisme Durable » qui est une action conjointe de l’Union Européenne et du Ministère fédéral
de la coopération économique et du développement (BMZ) de l’Allemagne et mis en œuvre par la
Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, la vidéo en question met
l’accent sur les multiples produits qu’offre la Tunisie aux touristes locaux et internationaux
désireux de passer leurs vacances en toute sérénité.
Il est à rappeler que la Tunisie a accueilli son premier vol charter avec des vacanciers depuis la
fin du mois d’Avril écoulé et ce, en dépit des restrictions imposées par les pays émetteurs de
touristes en Europe pour endiguer la recrudescence des cas de coronavirus.
Munis du résultat d’un test PCR négatif réalisé au maximum 72h avant l’embarquement, les
touristes sont, en effet, tenus de respecter strictement le Protocole Sanitaire du Tourisme
Tunisien anti Covid-19 dès leur arrivée en Tunisie.
Parallèlement, une opération de vaccination d’envergure a été lancée par le Ministère du
Tourisme Tunisien en collaboration avec les Fédérations Professionnelles du Tourisme pour
vacciner les employés du secteur du tourisme exerçant, en présentiel et en permanence, dans
les établissements hôteliers et de restauration, les agences de voyages, les musées et sites
archéologiques.
Le film qui s’étale sur une durée de 3 minutes illustre la beauté des plages de sable fin qui
invitent à nouveau leurs habitués à profiter de vacances relaxantes au soleil.
Pour les touristes cherchant à allier la détente à l’aventure, les sports nautiques ne cessent de
se développer au sein des innombrables bases nautiques qui jalonnent la côte tunisienne.
Depuis les eaux calmes de Djerba, au sud, jusqu’ aux spots plus sportifs de la côte nord, vous
pourrez pratiquer le kayak, le kitesurf et une foule d’autres activités nautiques comme la
planche à voile et le catamaran.
Quant à ceux qui sont en quête d’histoire et de culture, les médinas de Tunis, Kairouan et
Sousse, inscrites par l’UNESCO au patrimoine mondial, représentent de vrais musées à ciel 2
ouvert. Ces médinas sont parmi les mieux conservées de tout le bassin méditerranéen, et
présentent l’urbanisme typique des vieilles villes arabo-musulmanes.
Sur la côte nord de Tunis, les adeptes d’histoire peuvent également explorer les vestiges du
site archéologique de Carthage qui fut la première république de l’histoire de l’humanité.
Au nord-est du pays, se dresse la ville de Zaghouan avec son paysage montagneux à couper le
souffle. Le village berbère de Zriba Olia, construit entre deux pics rocheux, offre à ses visiteurs
des vues magnifiques sur le Djebel Zaghouan où l’on peut pratiquer l’escalade le temps d’une
après-midi ensoleillée.
Du nord au sud de la Tunisie, l’expérience du voyage se fait unique et exceptionnelle.
À quelques heures seulement de la côte, on découvre la splendeur du Grand Sud avec son
somptueux Sahara. Destination phare de l’hiver, les endroits à visiter se font nombreux.
Séjours en plein désert ou dans les structures d’hébergement alternatif insolites, promenades
dans les oasis, dans les lieux et les décors de tournage des films parmi les plus célèbres au
monde à l’instar du site de Mos Espa construit à Ong Jmel près de Tozeur.
Un panorama montrant un tourisme renaissant avec une offre touristique couvrant toutes les
saisons.

La Tunisie ne finira pas de nous surprendre

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

NB: Communiqué de l’ONTT

La sommelière Jessica Harnois se joint au groupe de recherche Loricorps


Boire moins, mais boire mieux
Trois-Rivières, le 11 juin 2021 – Reconnu depuis une décennie pour ses activités de
recherche et d’intervention concernant les troubles du comportement alimentaire, le groupe de
recherche transdisciplinaire Loricorps de l’Université du Québec à Trois-Rivières accueille dans
son équipe la sommelière bien connue Jessica Harnois. Cette dernière poursuit actuellement
une maîtrise en sciences biomédicales à l’UQTR dans l’objectif éventuel de compléter un
doctorat portant sur les meilleures façons de déguster les vins et de maintenir de saines
habitudes de consommation.
L’idée de poursuivre des études supérieures trottait dans la tête de Jessica Harnois depuis
plusieurs années. Détentrice d’un MBA conjoint de l’UQAM et l’Université Paris-Dauphine, la
sommelière avait envisagé la possibilité de se joindre à différents programmes et universités
ces dernières années, sans parvenir à trouver le meilleur endroit pour elle. C’est finalement
après avoir découvert l’expertise en alimentation et en innovation numérique du Loricorps, lors
d’une récente rencontre avec la directrice Johana Monthuy-Blanc et Jessica Ménard que
Jessica Harnois a fait le choix de l’UQTR pour lancer son projet d’étude.
« J’ai eu un réel coup de foudre professionnel pour Johana, l’équipe du Loricorps et l’UQTR.
J’ai tout aimé! L’énergie, ainsi que l’aspect humain et les valeurs du Loricorps m’ont séduite.
Mais c’est en écoutant Johana Monthuy-Blanc parler de l’approche du Loricorps que j’ai réalisé
que nous étions sur la même longueur d’onde, car, dans le monde des vins, il faut développer
l’accord tête-cœur-corps. Il y a beaucoup d’éducation à faire pour que les gens apprécient le vin
pour ce qu’il est, et non seulement pour l’effet qu’il donne. Ça revient au concept de boire
moins, mais boire mieux », explique Mme Harnois.
La nouvelle venue du Loricorps peut maintenant compter sur des collègues et ressources
expertes dans différents domaines comme la nutrition, la psychologie, la psychoéducation,
l’ergothérapie, les sciences de l’activité physique, ainsi que les sciences de l’éducation pour
développer son projet d’étude. La présence de partenaires internationaux reconnus comme le
centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse pourrait mener à des collaborations inédites pour
celle qui a déjà été acheteuse en chef à la Société des alcools du Québec (SAQ).
« L’arrivée de Jessica Harnois au sein du Loricorps apporte une expertise de plus à notre
équipe, soit celle du « boire » comme une dimension supplémentaire dans la compréhension de
l’acte de manger. La concomitance entre les troubles d’usage de substance comme l’alcool et
les troubles alimentaires fait partie des thématiques que nous étudions avec certains membres
de notre équipe, particulièrement en cette période de confinement causé par la pandémie de
covid-19. Toutefois, l’aspect de consommation intuitive de l’alcool demeure un champ à
explorer et Jessica Harnois jouera un rôle important pour notre équipe de ce côté », explique
Johana Monthuy-Blanc.

Un produit en demande
Présidente des Productions Jessica Harnois et fondatrice de la marque Bù en partenariat avec
Arterra Canada, Jessica Harnois est bien placée pour connaître les habitudes de consommation
des vins chez les Québécois. D’ailleurs, depuis le début de la pandémie et durant les mois qui
ont été marqués par les mesures de confinement, la femme d’affaires a constaté la forte
demande pour ses produits qui sont offerts dans de nombreux dépanneurs et épiceries au
Québec.
« Oui, il s’en est bu du vin au Québec! Les Québécois adorent le vin. Alors, pourquoi ne pas
s’arrêter pour mieux connaître ce produit, développer nos goûts et profiter de ses effets positifs
sur notre santé lorsqu’il est consommé de façon intuitive et appropriée? Il y a aussi un côté
émotif à la consommation. Il faut se demander pourquoi on boit et qu’est-ce qu’on recherche
exactement », lance la femme de 42 ans.
Timing parfait
Habituée à voyager à travers le monde pour visiter les vignobles et rencontrer des clients, Mme
Harnois tire profit de l’interdiction de voyager causée par la COVID-19 pour s’investir à fond
dans son projet d’étude qu’elle mène de front avec le développement de cours privés et de
conférences pour ne nommer que ceux-là. Elle apprécie également les plaisirs des bonnes
tables de Trois-Rivières lorsque c’est possible, ainsi que la chance qu’elle a de développer ses
connaissances.
« Enfin, la vie m’offre du temps et une équipe accueillante pour poursuivre mes études. Je suis
très fière de m’investir avec le Loricorps pour ce projet académique. Je vis avec des troubles de
dyscalculie et je n’avais pas une grande formation scientifique. Pourtant, me voilà intégrée à un
groupe de recherche reconnu grâce à mes expériences personnelles et professionnelles qui
s’arriment parfaitement à ce collectif d’experts. Je me considère très choyée et j’espère que
d’autres personnes qui hésitent à se lancer dans un projet universitaire en raison de difficultés
d’apprentissage, d’anxiété ou de manque de disponibilités pourront s’inspirer de mon
expérience », conclut-elle.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca) (Photo: UQTR)j