53ième Congrès annuel de l’AGSICQ


Un premier rassemblement en présentiel concluant!

Trois-Rivières, le 20 octobre 2021 – Alors que le 53e congrès annuel de l’AGSICQ vient de se
terminer, ses organisateurs se réjouissent du succès de ce premier rassemblement d’envergure
en présentiel, depuis le début de la pandémie de COVID-19. « Il a fallu s’ajuster, jusqu’à la toute
dernière minute en raison des mesures sanitaires et des capacités d’accueil, admet son directeur
général, Sylvain Mireault, mais ça en a valu la peine, vu le succès de l’évènement. »
Le Congrès 2021 en chiffres :
 Près de 400 participants en ont profité pour parfaire leurs connaissances
 19 partenaires majeurs ont démontré leur soutien envers l’Association
 91 kiosques d’exposition ont été déployés au salon d’exposition afin de renseigner les
congressistes sur les produits et services d’une soixantaine d’exposants.
Un congrès sous le signe de la collaboration !
Sur le plan associatif, la collaboration était à l’honneur puisque le congrès de l’AGSICQ
accueillait cette année les séminaires : de l’Association des techniciens en prévention des
incendies du Québec (ATPIQ), de l’Association de Sécurité Civile du Québec (ASCQ) et de la
Fédération québécoise des intervenants en sécurité incendie (FQISI).
L’AGSICQ a signé d’ailleurs une entente-cadre de collaboration avec l’ASCQ. Grâce à leur
complémentarité, les deux associations veulent miser sur leurs forces respectives afin de faire
progresser la sécurité civile au Québec.
Par ailleurs, le Prix Paul Perreault a été remis à Steve Brisebois et Martin Fournelle, du Service
de Sécurité incendie de Montréal, pour les efforts déployés afin de transmettre leurs
connaissances à leurs pairs. Rappelons que ce prix rend hommage à des gens qui ont
contribué, de façon remarquable, à l’amélioration de la sécurité incendie au Québec.
Parmi les faits saillants, notons la présence Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre
de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, venue
s’adresser aux membres.
Le passeport vaccinal était exigé pour les : participants, conférenciers et exposants, afin
contribuer à l’effort collectif visant à limiter la propagation de la COVID-19. L’organisation tient à
remercier chaleureusement la Ville de Trois-Rivières et Tourisme Trois-Rivières pour leur accueil
exceptionnel, ainsi que toutes les personnes, incluant nos précieux bénévoles, qui ont contribué
à faire de cet évènement une réussite. On vous donne rendez-vous à Laval en mai 2022!

(Photos: André Bouchard: albp@sympatico.ca) (Collaboration:Josée Hamelin)

NB: PUBLI REPORTAGE

VALÉRIE CARPENTIER RÉVÈLE UNE NOUVELLE FACETTE MUSICALE AVEC « MARIA »

L’autrice-compositrice-interprète Valérie Carpentier consolide son retour avec son nouveau single, Maria. Offerte sur toutes les plateformes numériques dès maintenant, la chanson sort des sentiers battus en alliant pop et trap. L’artiste aborde l’épreuve difficile de se connecter avec sa vulnérabilité sans compromettre son authenticité. Elle chante pour la première fois quelques passages en portugais. 

« Il y a une Maria en chacun de nous. Une créatrice avec un C majuscule. C’est à elle que je m’adresse aussi parce que je trouve que faire de l’art, et même parfois exister, c’est à la fois donner et sacrifier une partie de soi. »
– Valérie Carpentier

Maria se distingue du répertoire de Valérie Carpentier par son inspiration latine. Les nombreux instruments, comme la trompette, le piano et la guitare, rappellent la bossa nova.  La chanteuse s’est entourée de collaborateurs talentueux. Elle a composé la pièce auprès de Thomas Lapointe (Karim Ouellet, Claude Bégin), Diego Montenegro (Sarahmée), Lucas Liberatore (Sarahmée, Ariane Moffatt) et Louis Lafontaine.

À propos de Valérie Carpentier 

Avec plus de 130 000 abonnés sur les réseaux sociaux et plus de deux millions de vues sur YouTube, Valérie Carpentier est désormais bien implantée dans le firmament de la musique québécoise. Native de la Mauricie, elle se fait remarquer en devenant la première gagnante de La Voix en 2013. Elle enregistre par la suite son album L’été des oragesCette première offrande de chansons originales s’avère être un véritable succès auprès du public et de la critique. L’album se hisse au sommet des ventes francophones, lui permettant de recevoir un disque d’or. Elle fait également la première partie de Céline Dion devant plus de 60 000 spectateurs.

Son succès se poursuit avec la sortie de son disque Pour RosieLa chanteuse reçoit plusieurs nominations au Gala de l’ADISQ dont Album de l’année – Adulte contemporain et Interprète féminine de l’année. En 2018, elle prête sa voix au Cirque du Soleil et rejoint la nouvelle distribution québécoise de Notre-Dame de Paris. Après cinq ans de silence, elle lance la chanson Monokini & tsunami à l’été dernier qui connaît un succès et se hisse au numéro 1 des ventes numériques francophones au Canada à sa première journée de sortie. De plus, le single se loge rapidement aux Palmarès BDS et Correspondants de l’ADISQ.

Le single Maria est sur toutes les plateformes numériques dès maintenant

Retrouvez Valérie Carpentier sur FacebookInstagram et YouTube

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

EN SPECTACLE À LA PLACE DES ARTSLE 21 OCTOBRE À 20 H, DANS LE CADRE DE LA SÉRIE DÉCOUVERTES


Montréal, le 18 octobre 2021 – Véritable phénomène, OTTO est apparu l’an dernier dans le paysage avec la pièce L’espace entre nous, inspirée par le confinement. Depuis, il continue d’enjoliver nos ondes avec les chansons pop aux mélodies accrocheuses tirées de son premier EP, Poids plume, paru en mars.Le 21 octobre, OTTO se produira à la Place des Arts, sur les planches de la salle Claude-Léveillée, dans le cadre de la série Découvertes. Une belle occasion de découvrir les pièces de Poids plume et les nouvelles créations d’un jeune artiste dont on n’a pas fini d’entendre parler.Sur scène, OTTO sera accompagné par Siméon (direction musi- cale et synthétiseur), Élie Paquet (guitare), David Couture (basse) et Charles Guay (batterie).Rappelons qu’en août dernier, l’auteur-compositeur a été invité à participer à une vitrine musicale lors du Festival international de la chanson de Granby, où il a livré une performance fort con- vaincante.

This image has an empty alt attribute; its file name is unnamed-1otto.png

 POUR SE PROCURER DES BILLETS :
placedesarts.com/fr/evenement/ottoottomusique.com facebook.com/Ottomuzik

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Trois-Rivières accueille un des plus grands rassemblements jamais tenu en sécurité incendie et civile


Trois-Rivières est l’hôte en fin de semaine d’un des plus grands rassemblements d’intervenants en sécurité incendie et civile jamais tenu au même endroit au Québec. Cet événement marque un nouveau départ pour le tourisme d’affaires à Trois-Rivières, dont le marché a connu un ralentissement important à cause de la
pandémie.
Jusqu’à mardi, plus de 575 personnes de quatre associations différentes se réunissent en respect des règles sanitaires au Centre d’événements et de congrès interactifs (CECI) pour des conférences, des expositions et des formations dans le domaine. Près de 1500 nuitées sont générées par cet important événement, alors que les participants dorment à l’hôtel Delta Trois-Rivières par Marriott mais également au Holiday Inn Express et Suites, aux Suites de Laviolette et à l’Hôtel Oui GO! Les retombées économiques sont évaluées à plus de 2,3 M$.


Le directeur de la sécurité incendie et civile de la Ville de Trois-Rivières, Dany Cloutier, est l’instigateur de ce grand happening.
« C’est un immense honneur d’accueillir chez nous ce grand rassemblement. En marge de son 53e Congrès annuel, l’Association des gestionnaires en sécurité incendie et civile du Québec (AGSICQ) reçoit les séminaires de l’Association des techniciens en prévention des incendies du Québec (ATPIQ), de
l’Association de sécurité civile du Québec (ASCQ) et de la Fédération québécoise des intervenants en sécurité incendie (FQISI). Ils sont tous réunis successivement à Trois-Rivières pour la tenue de conférences, de perfectionnements et d’expositions. »
L’équipe tourisme d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières a été impliquée de près dans le démarchage de cet événement, sur lequel elle travaille depuis 2018.

Écoutons les commentairres du co-président Jean Berthelot:

(Texte Photos Audio: André Bouchard: albp@sympatico.ca)

NB: PUBLI REPORTAGE

ENSEMBLE LA CIGALE MADELEINE OWEN, direction MYRIAM LEBLANC



La Grazia Delle Donne



Montréal, le 16 octobre 2021
 – Avec l’album La Grazia Delle Donne, qui a été lancé le 15 octobre, l’ensemble La Cigale et la soprano Myriam Leblanc font découvrir des créations musicales réalisées par des femmes dans l’Italie baroque. Antonio Vivaldi a enseigné la musique à plusieurs d’entre elles, et l’orchestre formé par les plus talentueuses a suscité une renommée internationale. Certaines, souvent issues de familles de musiciens, ont poursuivi des carrières d’interprètes et de compositrices dans les cours italiennes.
Leurs oeuvres étaient publiées et partagées, et elles étaient très respectées. Isabella Leonarda, religieuse ursuline, a gravi les échelons pour devenir mère supérieure. Elle a été la première femme à publier des sonates instrumentales. Son catalogue comprend près de 200 compositions s’étalant sur près de 50 ans, même si la plupart de ses compositions ont sans doute été écrites après ses 50 ans. Vittoria Aleotti, religieuse augustine, était une sorte de prodige, ayant d’abord appris en écoutant les leçons de sa soeur aînée, mais la dépassant vite en maîtrisant le clavecin et le chant. Vers 6 ou 7 ans, elle était suffisamment avancée pour être envoyée au couvent de San Vito à Ferrare, réputé pour faire éclore les talents musicaux. 
Vittoria Aleotti était aussi la compositrice connue sous le nom de Raffaella Aleotti ou peut-être sa soeur. Elle a suscité les éloges pour son talent et sa capacité à diriger un ensemble de 23 religieuses. Elle a aussi subi quelques critiques pour son goût de la polyphonie complexe et de la dissonance, où le plaisir pouvait faire obstacle à la piété. Francesa et Settimia Caccini ont grandi en se produisant pour la famille Médicis en tant que chanteuses dans l’ensemble vocal Il Concerto Caccini avec leur père, Giulio Caccini, pionnier de la musique monophonique, leur belle-mère Margherita et leur frère Pompeo. Une fois adulte Settimia a été admirée en tant que chanteuse. Certaines de ses compositions ont survécu, publiées dans plusieurs collections d’œuvres de compositeurs de l’époque. Francesca, elle, a longtemps travaillé à la cour des Médicis, composant, interprétant et arrangeant. Elle était la musicienne la mieux payée de la cour, ce qui témoigne de son talent. Compositrice prolifique, sa « comédie-ballet » La liberazione di Ruggiero dall’isola d’Alcinaest est le premier opéra entièrement composé par une femme. Elle a contribué à la musique de 16 autres oeuvres lyriques. Barbara Strozzi est la plus connue des femmes de ce programme. Elle a été la compositrice la plus publiée de son temps, avec huit livres en circulation. Son succès lui a permis de survivre sans le soutien régulier de l’église ou d’un mari. 
Enfin, Alessia Aldobrandini est l’alter ego baroque de la luthiste moderne Donatella Galletti. Celle-ci a créé cette femme du XVIIIe siècle qui a composé pour le luth archiluth et le théorbe parce qu’il lui semblait que les compositrices n’étaient appréciées qu’après leur mort. Alessia Aldobrandini a pris une vie propre avec sa musique utilisée dans la pièce de théâtre Le Voyage De Filiberto Tula. 
À propos de l’ensemble La CigaleFormé en 2006 à Montréal, l’ensemble La Cigale se spécialise dans la musique de la Renaissance et du Baroque sur des instruments d’époque. Ses programmes originaux marient les styles formels et traditionnels, et mettent en lumière des chefs-d’oeuvre méconnus. Son premier album, Tiorba Obbligata, proposait le théorbe comme instrument soliste et comprenait plusieurs enregistrements en première mondiale. Il a été en nomination au concours des prix Opus. Le deuxième, Up in the Morning Early, sorti en 2017, a reçu moult critiques élogieuses.
La Cigale se produit souvent dans des salles de concert au Canada et au Mexique. 
À propos de Myriam Leblanc
Étoile montante de l’art lyrique canadien, Myriam Leblanc est une artiste polyvalente qui œuvre autant dans le style classique que le bel canto et le baroque. Elle est reconnue pour son timbre d’une grande pureté et sa voix souple et chaleureuse. En plus, elle est dotée d’une grande maîtrise vocale à la fois dans la technique et la musicalité. Ses récents projets incluent les rôles de Milica dans Svadba et de Gilda dans Rigoletto, tous deux avec l’Opéra de Montréal, ainsi que de Micaëla dans Carmen à l’Opéra de Québec. Elle a aussi été soliste dans la Symphonie No 2 « Lobgesang » de Mendelssohn avec l’Orchestre Métropolitain, dans le Magnificat de Bach avec Les Violons du Roy et dans l’Oratorio de Noël de Bach avec l’ensemble Caprice. 
À propos d’Analekta
Fondée en 1987 par François Mario Labbé, Analekta est la plus importante maison de disques classiques indépendante au Canada. Elle a réalisé plus de 700 albums, enregistré au-delà de 200 musiciens parmi les plus en vue au pays et a reçu de nombreux prix. En 2021, les œuvres au catalogue d’Analekta atteignaient 300 millions d’écoutes sur les plateformes de diffusion en continu à l’échelle internationale.
(André Bouchard:
albp@sympatico.ca)

MISE À JOUR APPORTÉES AUX CONDITIONS D’ACCEPTATION DES PASSAGERS SUR LE TERRITOIRE TUNISIEN


Il est porté à la connaissance de l’ensemble des partenaires touristiques
étrangers que conformément au communiqué du Ministère de la Santé du 13
octobre 2021, des mises à jour ont été apportées aux dispositions relatives aux
conditions d’acceptation des passagers arrivant sur le territoire tunisien, et ce
comme suit :

  1. Les passagers arrivant en Tunisie et ayant achevé le schéma vaccinal
    contre le COVID-19 depuis au moins 14 jours sont appelés à
    présenter un certificat délivré à cet effet par les autorités sanitaires du
    pays de résidence. Le test PCR à l’entrée n’est plus exigé, y compris
    pour les enfants de moins de 12 ans.
  2. Les passagers arrivant en Tunisie, quel que soit leur état vaccinal,
    sont appelés à remplir le formulaire d’informations en ligne sur
    https://app.e7mi.tn.
    A noter que tous ces passagers peuvent être soumis à un dépistage
    aléatoire rapide (TDR-Antigène) mené sur un échantillon de
    passagers à l’arrivée. En cas d’un résultat positif, la personne
    concernée sera transférée vers un centre d’isolement sanitaire.
  3. Les passagers arrivant en Tunisie, non vaccinés ou n’ayant pas un
    schéma vaccinal complet, sont tenus, en plus des mesures citées
    dans le point 2, de :
    • Présenter un test RT-PCR négatif portant un QR-code, dont la
    date de réalisation ne dépasse pas les 72 heures à
    l’enregistrement à l’aéroport de départ. En sont exemptés les
    enfants de moins de 12 ans.
    • Se soumettre à un confinement obligatoire de 7 jours à leur
    charge, justifié par la présentation d’un document de
    réservation et de confirmation de paiement (voucher) dans l’un
    des centres de confinement dédiés à cet effet indiqués dans la
    liste figurant sur le lien suivant : https://www.ontt.tn/ar/blagh
    Tunis, le 14 Octobre 2021
    • Effectuer un test RT-PCR à leur charge au cours des dernières
    24h et à condition que le résultat du test soit délivré le 7ème
    jour du confinement obligatoire.
    A préciser que le voucher doit inclure les frais de transfert entre le point
    d’entrée (Aéroports / ports / postes frontaliers terrestres) et le centre de
    confinement, les frais d’hébergement en pension complète et les frais
    du test RT-PCR à réaliser au cours des dernières 24h.
  4. Les passagers non-résidents arrivant en Tunisie à bord de vols
    charters ou vols réguliers (en bloc sièges) dans le cadre de voyages
    organisés et encadrés (inclusive tours) sont exemptés du confinement
    obligatoire de 7 jours à condition de :
    • Présenter un test RT-PCR négatif à l’enregistrement à l’aéroport
    de départ ne dépassant pas les 72 heures à compter de la date
    d’obtention du résultat. Sont exemptés :
    o Les passagers ayant achevé leur schéma vaccinal contre
    le COVID-19 depuis au moins 14 jours
    o Les enfants de moins de 12 ans.
    • Remplir et signer dûment le formulaire d’informations en ligne
    sur https://app.e7mi.tn.
    • Présenter la confirmation de réservation et de paiement
    (voucher) d’un voyage touristique encadré et organisé (inclusive
    tour) à travers un tour-opérateur.
    • Se conformer aux groupes encadrés (cohorting) dès l’arrivée en
    Tunisie, à savoir le transport touristique, l’hébergement et le
    déplacement touristique de et vers les établissements
    d’hébergement touristique.
    • Appliquer strictement le Protocole sanitaire du Tourisme
    Tunisien décrété par le Ministère du Tourisme.
  5. Les mineurs de moins de 18 ans non accompagnés ou accompagnant
    des adultes vaccinés sont exemptés du confinement obligatoire ;
    mais, doivent respecter toutes les mesures préventives.
    L’entrée en vigueur de cette mise à jour se fait dans les 72h à compter
    du 13 Octobre 2021. (COMMUNIQUÉ DU DIRECTEUR DE L’OFFICE NATIONAL DU TOURISME TUNISIEN)

LE VIGNOBLE AUX VALLONS DE WADLEIGh

UNIQUE EN SON GENRE

Un des beaux vignobles à visiter dans le temps des vendanges, est celui AUX VALLONS de WADLEIGH situé à Ulverton situé sur la Route des Vins de belle région des Cantons de l’Est.

HISTORIQUE

En effet, c’est en 2008 que Michel et Brian décidaient de se lancer dans cet ambitieux projet de vignoble.

Implanté sur les terres ancestrales de la famille Wadleigh (1885), le sol y est composé principalement de sable loameux, offrant un bon drainage et accumulation de chaleur en été.

En quelques années les vignerons y ont planté plus de 16 000 plants, cultivars rustiques pouvant résister aux froids hivers. À l’aide de conseils avisés de leur agronome, les opérations aux champs furent élaborées à minimiser l’impact sur les sols tout en préservant cette belle terre pour leurs enfants.

C’est ainsi qu’avec la même philosophie, les récoltes sont effectuées à la main, avec amour et dirigées au chai sous la supervision de l’œnologue Jean-Paul Martin.

C’est pourquoi, après toutes ces années de travail intensif, le propiétaire actuel Michel Dagenais est maintenant fier d’inviter à rencontrer, à venir déguster ses produits élaborés avec grand soin.

Voici l’ailleurs l’entrevue qu’il nous accordait lors d’une récente visite:

(Texte-Audio-Photos: André Bouchard: albp@sympatico.ca)

PRIX NATIONAL DE POÉSIE POUR LES AÎNÉS 2021


Trois-Rivières le 17 septembre 2021 – Dans le cadre d’une cérémonie à la Maison de la Culture de Trois-Rivières, le Festival International de Poésie de trois-Rivières remettait son Prix National de Poésie pour les Aînés 2021.

La grande gagnante est Mme Susy Desrosiers de Manseau qui s’est vu qui s’est vu remettre par le fait même, la bourse de 1 000 $ s’y rattachant.

De son côté, Madame Michelle Vandandaigue de Greenfield Park gagne le 2e prix et la bourse de 500 $. Les huit autres finalistes se méritant une bourse de 100 $ à savoir: par ordre alphabétique : Ginette Bédard, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Michel Bouvrette, St-Jérôme, Guy Desrochers, Laval, Lise Julien, Québec, Elaine Langlois, St-Jean-sur-Richelieu
France Letendre, Drummondville, Monique Pagé, Mont St-Hilaire, Carolle Turgeon, Lévis.
Rappelons que les poèmes de ces dix lauréats étaient lus en leur présence par l’annonceur Francis Dubé.

L’ambiance musicale était assurée par la populaire Duo Contra-Danza avec la participation de Denis Doucet, clarinettiste et Sébastien Deshaies, guitariste.

Soulignons que leurs poèmes ainsi que ceux de tous les autres participants, flotteront sur la corde à poèmes des aînés au Parc Champlain, centre-ville de Trois-Rivières, tous les jours sans pluie, jusqu’au au 10 octobre. Aussi, il est possible de lire les poèmes gagnants sur le site FIPTR.com.

Le jury était composé de madame Sylvie Poisson poète, de monsieur André Barette poète, et de monsieur Gaston Bellemare, président du Festival international de la poésie.


Présenté par Québecor, le Festival international de la poésie est rendu possible grâce à la participation du ministère de la Culture et des Communications; de Tourisme Québec; du ministère du Patrimoine canadien; du Conseil des arts et des lettres du Québec; du Conseil des arts du Canada et de la Ville de Trois-Rivières.

Voici les commentaires de Suzy Desrosiers:

(Texte-Photos & Audio: André Bouchard: albp@sympatico.ca)

SMCQ et Musique 3 Femmes

Triptyque — Mécénat Musica Prix 3 Femmes

Crédit illustration : Geneviève Bigué

Montréal, 1er octobre 2021 – La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) et Musique 3 Femmes dévoilent les opéras des lauréates du Mécénat Musica Prix 3 Femmes, le dimanche 10 octobre, à 19h30, à la salle Bourgie.

Place à l’opéra… et place aux femmes !

Les trois compositrices et trois librettistes canadiennes récompensées par ce prix présenteront ainsi en grande première des extraits et une création intégrale. « Musique 3 Femmes encourage les créatrices d’opéra à enrichir le répertoire. Et pour cette première édition en salle, nous sommes heureuses de présenter trois histoires qui nous ont particulièrement touchées », précise Jennifer Szeto, directrice artistique de l’organisme.

Des opéras modernes avec une perspective féminine

Ces trois opéras partagent donc des thématiques modernes où les rôles de femmes sont issus de leurs propres perspectives. Permettant ainsi de développer des personnages plus nuancés que dans les opéras classiques.

Dans Justine et les machines, Sonia Paço-Rocchia (sur un livret de Marie-Eve Bouchard alias MEB) met en musique l’histoire d’une écrivaine bloquée qui sollicite l’aide d’une compositrice du 19e siècle par le biais de sa vieille dactylo. Un opéra de poche vibrant au rythme des hashtags et des objets sonorisés, avec traitement électronique en direct.

En création intégrale, Vanishing Point de Parisa Sabet (livret de Nika Khanjani) évoque la relation d’une fille et de sa mère atteinte par la démence. Deux voix pleines d’émotions auxquelles se mêlent des mélodies iraniennes dans un drame aux accents universels.

L’humour noir sera aussi au rendez-vous avec Plaything (Anna Pidgorna, livret de Maria Reva). Sous forme de fable sociétale 2.0, cet opéra met en scène une lanceuse d’alerte et… un perroquet qui fait le buzz sur le web, le tout sur une musique entrainante n’ayant rien de répétitif !

Une touche féminine dès le processus de création

« Ces trois opéras ont été créés pendant la pandémie et parlent d’une manière unique de ce temps extraordinaire et difficile que nous vivons », précise Kristin Hoff, mezzo-soprano membre de Musique 3 Femmes. Cette soirée lyrique inédite nous fera donc entendre des opéras conçus dans un esprit d’échange et d’écoute typiquement féminin… en invitant bien sûr autant les hommes que les femmes à venir les découvrir !

RAPPEL

Triptyque — Mécénat Musica Prix 3 Femmes
Dimanche 10 octobre à 19h30

Salle Bourgie

En salle et en webdiffusion gratuite (directe et différée)

Programme

Justine et les machines par Sonia Paço-Rocchia et MEB (2021, extrait)
Vanishing Point par Parisa Sabet et Nika Khanjani
(2021, création de l’intégrale)
Plaything par Anna Pidgorna et Maria Reva (2021, extrait)

Interprètes

Ensemble de la SMCQ | Kristin Hoff, mezzo-soprano | Frédéricka Petit-Homme, soprano | J Marchand Knight, vocaliste | Rachel Krehm, soprano | Ellen Wieser, soprano | Jennifer Szeto, cheffe

Billets en présentiel | billets en webdiffusion | Infos | 514-285-2000

Coproduction SMCQ — Musique 3 Femmes

À propos de la SMCQ

Au cœur de la création musicale depuis 55 ans, la SMCQ se consacre à la valorisation du travail des compositeurs. Au fil des années, elle s’est imposée sur la scène culturelle par la qualité et l’envergure de ses concerts et activités, qui se démarquent par leur aspect rassembleur. Pour connaître tous les projets de la SMCQ, inscrivez-vous à l’infolettre : http://www.smcq.qc.ca/smcq/fr/apropos/liste/.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca) (Photos: France Gaignard)

Salon de l’emploi et de la formation de Shawinigan


Une formule hybride réussie

Shawinigan, le jeudi 7 octobre 2021 – Le comité organisateur de la 8e édition du Salon
de l’emploi et de la formation de Shawinigan peut dire : Mission accompli ! C’est que durant les deux derniers jours, des centaines de chercheurs d’emploi et d’entreprises ont été mis en contact de façon virtuelle ou en présence, pour combler des postes. Le 5 octobre quelque 862 emplois étaient (et sont encore) disponibles sur la plateforme
travaillerashawi.ca et pas moins de 837 candidats sont inscrits. La zone clavardage a
généré plus de 450 bulles de conversation !
Pour ce qui est de la journée du 6 octobre, qui s’est déroulée en présence au Centre
d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins Shawinigan dans les espaces du Digihub
Shawinigan, 57 exposants étaient présents et un peu moins de 200 personnes ont
franchi les portes du Salon entre 13 h 30 et 18 h.
« Même s’il y a eu moins de gens que les éditions précédentes, on est vraiment content »,
explique la coordonnatrice de l’événement et conseillère en attractivité de talents pour le
Service de développement économique de la Ville, Hélène Simard. « Les exposants nous
disent qu’ils ont rencontré des gens motivés, compétents et prêt à travailler. Plusieurs en
ont aussi profité pour reprendre un réseautage mis sur pause depuis près de deux ans !
Notre rôle est d’être présents pour nos entreprises et de les épauler. Aujourd’hui, on sent
que l’événement a répondu aux attentes des exposants et des chercheurs d’emploi. Notre
but est atteint ! »

-« On est vraiment content de notre journée. On a rencontré des gens intéressants et on a eu de bonnes discussions. Ça nous permet de voir ce que les gens cherchent et d’adapter notre offre à leurs besoins ». Patrick Beauchemin, représentant d’interconnexion LD.
« Ça été un Salon très tranquille. J’ai quand même réussi à embaucher trois personnes
aujourd’hui ce qui est supérieur à ce qu’on a habituellement. Nous avons rencontré des
personnes de qualité. Jusqu’à maintenant, c’est notre meilleure édition pour la qualité des
candidatures reçues. » Sophie Monfette, directrice des Ressources humaines chez HDI
Technologies.
« Ça été une bonne journée pour nous. On a recueilli une dizaine de candidatures. Il y a eu plusieurs retraités et je trouve ça vraiment intéressant. Ce sont des gens qui ont de
l’expérience et qui peuvent être disponibles pour des besoins ponctuels. On est aussi très
content d’avoir vu d’autres exposants. Ça fait du bien de sortir. » Mélanie Champagne,
technicienne en administration pour le Centre de services scolaire de l’Énergie.
« On est bien contents de notre journée et de l’endroit choisi pour tenir le Salon. Les gens
rencontrés étaient motivés, ils ont posé de bonnes questions et on a trouvé de bons
candidats. Je visais revenir avec 2-3 bonnes candidatures et j’en ai eu plus. On souhaite
qu’il y aura une autre édition l’année prochaine. » Sébastien Veillette, superviseur
production chez Kongsberg Automotive.
« Il y a eu moins de monde cette année, mais les participants étaient intéressants et
dynamiques. On a recueilli plus d’une dizaine de candidatures. Ç’a été une bonne journée
pour nous. » Nancy Mongrain, CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.
Particularités
Cette année, plusieurs retraités ont passé les portes du Salon pour rencontrer les
exposants et poser leur candidature. C’est une clientèle différente des autres éditions, mais qui a plu aux employeurs. Il y a également eu des candidats d’horizons variés : agronome, cybersécurité, secrétariat, informatique, ingénieur, loisirs, etc.
Beaucoup de gens cherchaient du temps partiel et plusieurs étaient là pour magasiner et
prendre des renseignements sur les emplois offerts. « Les chercheurs d’emploi sont très
différents de ce qu’ils étaient il y a 7 ou 8 ans. Ils ont des conditions et les employeurs en
tiennent de plus en plus compte », indique madame Simard.
Au-delà des candidatures et des emplois à pourvoir, de nombreux exposants étaient très
heureux de pouvoir se revoir et reprendre contact. Également, l’emplacement a beaucoup
plu.
« Somme toute, c’est une édition bien différente des autres années, mais tout aussi
pertinente ! », conclut madame Simard.3 –

À PROPOS DU SALON DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION DE SHAWINIGAN
Coordonné par le Service de développement économique de la Ville de Shawinigan, le
comité organisateur regroupe encore cette année plusieurs partenaires : la SADC
Shawinigan, le bureau de Services Québec de Shawinigan, la Chambre de commerce et
d’industrie de Shawinigan, Tourisme Shawinigan, le Carrefour jeunesse-emploi
Shawinigan, la Centre de services scolaire de l’Énergie/Service aux entreprises, le Centre
d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins Shawinigan, Digihub Shawinigan, le Service
d’accueil des nouveaux arrivants (SANA), le Cégep de Shawinigan, Stratégie Carrière, le
ministère de l’Immigration, Francisation et Intégration Québec (MIFI), le Centre de
recherche d’emploi de la Mauricie (CREM), et le Service externe de main-d’œuvre (SEMO).

(Publi-Reportage: Photos André Bouchard:albp@sympatico.ca)