La Corriveau au Carré 150 : Victoriaville accueille chaleureusement sa sorcière bien-aimée!

C’est devant une salle remplie dans le cadre d’une soirée TAPIS ROUGE, que le CARRÉ !50 de Victoriaville présentait le spectacle de l’été qui était fort attendu : La Corriveau-la soif des corbeaux .

En effet, après avoir été désigné comme «spectacle Cendrillon» de la saison estivale et encensé par de nombreuses critiques, ce nouveau théâtre musical original vient d’amorcer maintenant le dernier tournant de son parcours estival avec une dernière série de dix représentations au même Carré 150. 

Aussi, c’est donc devant un public conquis que les huit comédiens sont montés sur scène afin d’offrir une version revisitée de la fameuse légende, notre plus tristement célèbre « sorcière » québécoise, dans un feu roulant de tableaux où s’entremêlaient jeux de rôle et chansons accrocheuses.

 Les protagonistes étant: Jean Maheux (Joseph Corriveau, le père), Frédérike Bédard (La procureure Maître Corbeau), Renaud Paradis, Frédérique Mousseau, Karine Lagueux (Béatrice, la journaliste), Simon Labelle-Ouimet (Ti-Claude), Simon Fréchette-Daoust (Louis Dodier, le mari) et Jade Bruneau (Marie-Josephte Corriveau). Ceux-ci ayant fait passer les spectateurs par une gamme d’émotions parfois totalement aux antipodes, tantôt en leur tirant une larme, tantôt en les faisant rires aux larmes… Une performance qui risque elle aussi de s’inscrire dans la légendes des théâtres musicaux au Québec et qui met la table pour un excellent mois d’août à venir au Carré 150.

__________________________

À PROPOS DU SPECTACLE

Revisitez une histoire qui résonne depuis très longtemps et qui, cette fois, sera racontée à travers la bouche de ceux qui n’ont pas assez parlé. Au fil d’une enquête et d’un procès aux milles allures, sont mises en scène les nombreuses divergences et distorsions de l’histoire tragique de cette femme. Cette histoire-là a le dos large… Elle entraîne dans son sillon des femmes par milliers, des femmes assassinées, des femmes pointées du doigt pour avoir parlé, pour avoir osé, pour avoir chanté trop fort, pour avoir hurlé à la lune et danser dans la lumière… Les sorcières d’hier ont mis au monde toutes celles qui brûlent encore aujourd’hui. La seule chose qui a changé, c’est la façon de mourir.

Une création du Théâtre de l’Oeil Ouvert
avec Jean Maheux, Frédérike Bédard, Renaud Paradis, Frédérique Mousseau, Karine Lagueux, Simon Labelle-Ouimet, Jade Bruneau et Simon Fréchette-Daoust

Direction de création et mise en scène : Jade Bruneau
Texte : Geneviève Beaudet et Félix Léveillé
Chansons : Audrey Thériault
Direction musicale et arrangements : Marc-André Perron
Assistance à la mise en scène et régie : Lou Arteau et Marilou Huberdeau

Commnentaires sur la pièce

À n’en pas douter le public semble avoir bien accueilli cette pièce relativement dramatique même si il est posssible d’y détecteur un certain humour, les comédiens et chanteurs étant à la hauteur des attentes, D’ailleurs , la foule a réagi à plusieurs moments au cours des prestations des protagonistes. Le tout dans un décor approprié, alors que les chanteurs ont pu démontrer à coup sûr, le talent vocal et sans compter les réparties des comédiens.

En somme, le Théâtre de l’Oeil ayant pu rôder la pièce qui était présentée depuis le début de la saison estivale dans d’autres théâtres, semble avoir le temps certes, de faire les ajustements nécessaires sans aucun doute.

Quoiqu »il en soit, même s’il fut difficile de connaître la vrai situation historique, les performances autant des chanteurs que les comédiens semblent été à la hauteur et son su maintenant les spectateurs sur le qui-vive.

En somme, nous pourrions affirmer qu’il s’agit pratiquement d’une pièce dramatique jusqu’à un certain comique et frisant d’une certaine façon parfois l’humour. Le tout sous un fond à plus d’un moment, sérieux!

Ce qui est aussi tout à l’honneur de l’équipe de production et que le CARRÉ 150 de Victoriaville, du Centre du Québec peut être fier de présenter une pièce de telle envergure qui est à l’affiche jusqu’au 20 août prochain.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

(Photo: Martin Morissette Carré 150)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s