VENENUM, UN MONDE EMPOISONNÉ

musee-civilisation

ENTREZ DANS L’UNIVERS FASCINANT DU POISON
Québec, le 24 avril 2019 – Moyens de défense ou de pouvoir, armes ciblées ou Diffuses, menaces environnementales ou espoirs pour la médecine, les poisons suscitent crainte et fascination. Toujours audacieux, le Musée de la civilisation est heureux d’inaugurer une exposition entièrement dédiée aux poisons.
Après avoir connu un succès fracassant en Europe, l’exposition Venenum, un monde empoisonné, conçue par le musée des Confluences à Lyon et adaptée par le Musée de la civilisation, prend place du 25 avril 2019 au 8 mars 2020.
Une incursion dans le monde du poison
Les poisons sont des substances d’une incroyable ambiguïté. Toxiques jusqu’à la mort, ces derniers possèdent également un pouvoir pharmacologique et des vertus médicinales insoupçonnés. L’exposition Venenum, un monde empoisonné jette un regard sur les rôles joués par les poisons dans l’histoire et la culture, la science et
les croyances, la médecine et la criminologie. Aujourd’hui encore, les poisons sont à la fois une menace environnementale et un espoir pour la médecine de demain.
Dans une atmosphère mystérieuse, l’exposition plonge le visiteur dans un périple historique et scientifique sur le thème du poison et des significations diverses que revêt le mot venenum : venin, philtre magique, substance
dangereuse ou médicamenteuse. Le parcours se décline en cinq zones abordant les angles de l’émotion, du savoir et de l’engagement.
La première partie de l’exposition révèle la place occupée par les poisons au cours de l’Histoire, de l’Antiquité à la période contemporaine et dans l’imaginaire collectif. Le visiteur entre dès lors dans l’univers fascinant et mystérieux des poisons grâce à une expérience numérique qui confère formes et dimensions à une série d’évocations d’hommes et de femmes qui ont côtoyé, frôlé, subit ou utilisé le poison au cours de l’Histoire. Le périple se poursuit par une immersion au sein d’un jardin toxique présentant des espèces vivantes, lequel souligne l’omniprésence du poison dans la nature. Le parcours explore ensuite les différents usages des
poisons – poison de chasse et de pêche, arme de guerre, objet de rituel, etc. par les sociétés humaines depuis l’Antiquité et le paradoxe selon lequel le poison revêt un double visage : autant il peut s’avérer mortel, autant il peut avoir des vertus pharmaceutiques. Enfin, l’incursion dans le monde du poison se conclut par différentes installations qui amènent le visiteur à porter une réflexion sur les enjeux contemporains liés à l’écotoxicologie environnementale.
Citations :
« Nous sommes heureux d’accueillir cette exposition qui traite d’un sujet à la fois fascinant, large et complexe.
L’expérience du visiteur étant au centre des préoccupations du Musée de la civilisation, la présentation de Venenum, un monde empoisonné implique une adaptation de contenu et de parcours pour nos publics, de même que la réalisation de nouveaux dispositifs, en vue d’offrir une expérience sensible, ludique, esthétique
et éducative selon la signature du Musée. Il est important pour un musée comme le nôtre d’aborder des enjeux de société et d’évoquer des réalités nord-américaines, et plus spécifiquement québécoises, afin d’engager nos visiteurs dans une réflexion collective. »
Stéphan La Roche, directeur général, Musée de la civilisation
« Avec près de 600 000 visiteurs, Venenum, un monde empoisonné reste l’exposition qui a rencontré la plus forte fréquentation depuis l’ouverture du musée des Confluences en décembre 2014. Sa thématique n’y est pas étrangère. Le poison fascine. Et la présence de plus d’une soixantaine de spécimens vivants, une première
pour un musée comme le nôtre, au sein d’une scénographie très immersive en a fait le plein succès. »
Hélène Lafont-Couturier, directrice, musée des Confluences
Faits saillants :
• Plus d’une cinquantaine de spécimens vivants – des reptiles, des batraciens, des arthropodes (araignées, scorpions) et des poissons – et près de 400 objets et œuvres provenant des collections du musée des Confluences à Lyon, d’une vingtaine de musées français, de prêteurs privés et des collections du Musée de la civilisation composent cette exposition;
• Parmi les prêteurs figurent le musée des Confluences, le Musée des Beaux-Arts d’Angers, le musée du quai Branly et la Société québécoise historique de la pharmacie (SQHP);
• Dans le corpus des objets de collection et des espèces vivantes phares de l’exposition, on compte :

 Une corne à boire datant du 15e siècle;
 Une chevalière à chaton dissimulant une capsule de cyanure, datant de la Seconde Guerre
mondiale;
 Un masque à gaz allemand datant de la Première Guerre mondiale;
 Un grand vase à thériaque datant du 17e siècle;
 Un ordonnancier datant du 19e siècle;
 Une apothicairerie et ses 103 pots, datant du 19e siècle;
 Un monstre de Gila (un grand lézard venimeux);
 Une veuve noire;
 Des dendrobates aux couleurs vives (dendrobate doré et rainette jaguar);
 Une mygale blonde du désert;
 Des rascasses volantes (poissons-scorpion);
 Des méduses (Chrysaora japonaise);
 Un faux serpent corail (serpent laitier du Mexique);
 Un serpent à sonnette massasauga naturalisé;
 Une tête de crotale du Texas naturalisée.
• Des dispositifs multimédias et interactifs spécialement conçus offrent une expérience immersive unique;
• Une approche de médiation renouvelée et audacieuse – De quelle nature êtes-vous? – mise sur les différentes relations que l’être humain entretient avec le monde naturel, montrant ainsi comment les deux se façonnent mutuellement;
• Des activités pour tous sont proposées : programmation adulte disponible dès mai 2019, programmation famille disponible dès juin 2019 et programmation scolaire disponible dès septembre 2019.

IMG_1350

Sur la photo: Sylvie Toupin, conservatrice de l’exposition et Christian Sermet du Musée des Confluences de Lyon en notre compagnie

Conçue par le musée des Confluences à Lyon, l’exposition Venenum, un monde empoisonné, a été adaptée par le Musée de la civilisation avec le soutien financier du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec dans le cadre de l’Entente
de développement culturel. Présentée avec la participation de Radio-Canada et la collaboration de l’Aquarium du Québec, de Rodeo FX, de l’Office du tourisme de Québec ainsi que du Fairmont Le Château Frontenac, à titre d’hôtel officiel.
Liens connexes :
Musée de la civilisation : http://www.mcq.org et http://www.youtube.com/user/mcqpromo
Musée des Confluences : http://www.museedesconfluences.com

(Photos: André Bouchard)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s